L’addiction

L’addiction se caractérise par :

  • L’impossibilité répétée de contrôler un comportement visant à produire du plaisir ou à écarter une sensation de malaise interne,
  • la poursuite de ce comportement en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives.

L’installation d’une addiction implique au moins trois mécaniques :

  • une augmentation de la motivation à consommer la drogue (recherche de plaisir),
  • un état émotionnel négatif (recherche d’un soulagement),
  • une diminution de la capacité à se contrôler (perte de contrôle de la consommation).

L’addiction démarre essentiellement avec le plaisir généré par la substance addictive. Cette sensation est due à des modifications électrochimiques s’opérant dans le cerveau en réponse à la consommation de la substance.

Nous avons aujourd’hui une bien meilleure compréhension des mécanismes neuro-biologiques et donc du fonctionnement psychologique.

Les facteurs de vulnérabilité et de protection sont mieux identifiés. Cet ensemble permet de proposer des prises en charges plus individualisées.

Classifications internationales

Le diagnostic de l’addiction (ou dépendance) repose sur des critères bien définis, fixés par des instances internationales de santé mentale et répertoriés.

Le monde médical pour établir un diagnostic a recours à deux grandes classifications :

Le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux 

Egalement désigné par le sigle DSM, abréviation de l’anglais : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) est un ouvrage de référence publié par l’Association américaine de psychiatrie (American Psychiatric Association ou APA) décrivant et classifiant les troubles mentaux.

Dans la version 4 du DSM (utilisé de 1994 à 2013) , il était employé les termes « dépendance » et « abus de substances ».

Dépendance

Une tolérance accrue, une consommation compulsive, une perte de contrôle et un usage continu malgré des problèmes physiques et psychologiques causés ou exacerbés par la substance.

Abus d’une substance

L’abus d’une drogue  renvoie à un mode de consommation inapproprié entraînant des conséquences indésirables, récurrentes et importantes. Il s’agit d’un profil de consommation dans des situations dangereuses qui conduisent l’individu à négliger ses obligations sociales, etc.

Le DSM 5 (version actuellement en cours) utilise :

Troubles liés à une substance

Cette notion regroupe la dépendance et l’abus sous l’appellation de «troubles liés à une substance». Les différents stades présents dans le DSM IV : usage, abus, dépendance ont disparu dans cette nouvelle classification.

Il s’agissait de mettre en avant le continuum dans une approche dimensionnelle et non catégorielle.

On ne passe pas d’un abus à une dépendance du jour au lendemain, il y a un « glissement » progressif.

Cette approche dimensionnelle explique l’intérêt d’interventions et de programmes de soins gradués, allant d’une intervention brève à la  prise en charge globale médico-psycho-sociale. Elle justifie aussi les stratégies thérapeutiques allant de la réduction des risques à l’abstinence.

Les 11 Critères diagnostics du DSM V de l’American Psychiatric Association

  • Besoin impérieux et irrépressible de consommer la substance ou de pratiquer (craving),
  • Perte de contrôle sur la quantité et le temps dédié à la prise de substance ou de l’activité,
  • Beaucoup de temps consacré à la recherche de substances ou de l’activité,
  • Augmentation de la tolérance au produit addictif,
  • Présence d’un syndrome de sevrage, c’est-à-dire de l’ensemble des symptômes provoqués par l’arrêt brutal de la consommation ou du jeu,
  • Incapacité de remplir des obligations importantes,
  • Usage même lorsqu’il y a un risque physique,
  • Problèmes personnels ou sociaux,
  • Désir ou efforts persistants pour diminuer les doses ou l’activité,
  • Activités réduites au profit de la consommation ou de l’activité,
  • Poursuite de la consommation malgré les dégâts physiques ou psychologiques.

Présence de 2 à 3 critères : trouble de l’usage d’une substance faible
Présence de 4 à 5 critères : trouble de l’usage d’une substance modérée
Présence de 6 critères ou plus : trouble de l’usage d’une substance sévère

La Classification Statistique internationale des maladies (CIM 10)

Cette classification de l’OMS  (Organisation Mondiale de la Santé) regroupe 6 critères. Pour faire ce diagnostic, au moins 3 des manifestations suivantes doivent avoir été présentes en même temps, au cours de la dernière année :

  1. Un désir puissant ou compulsif d’utiliser une substance psychoactive ;
  2. difficultés à contrôler l’utilisation de la substance (début ou interruption de la consommation ou niveaux d’utilisation) ;
  3. syndrome de sevrage physiologique quand le sujet diminue ou arrête la consommation d’une substance psychoactive, comme en témoignent la survenue d’un syndrome de sevrage caractéristique de la substance ou l’utilisation de la même substance (ou d’une substance apparentée) pour soulager ou éviter les symptômes de sevrage ;
  4. mise en évidence d’une tolérance aux effets de la substance psychoactive : le sujet a besoin d’une quantité plus importante de la substance pour obtenir l’effet désiré ;
  5. abandon progressif d’autres sources de plaisir et d’intérêts au profit de l’utilisation de la substance psychoactive, et augmentation du temps passé à se procurer la substance, la consommer, ou récupérer de ses effets ;
  6. poursuite de la consommation de la substance malgré ces conséquences manifestement nocives. On doit s’efforcer de préciser si le sujet était au courant, ou s’il aurait dû être au courant, de la nature et de la gravité des conséquences nocives

La classification de l’OMS, CIM 10 fait apparaître les concepts d’usage nocif et de dépendance.

Cette addiction qui soulage sur le moment va s’avérer problématique pour la santé, dans la vie sociale, la vie de couple, la vie professionnelle… Même en sachant cela, la personne addicte ne va plus pouvoir arrêter son comportement.

Les caractéristiques de l’addiction

C’est en 1990 que le psychiatre américain Aviel Goodman propose une première définition moderne de l’addiction : « un processus dans lequel est réalisé un comportement qui peut avoir pour fonction de procurer du plaisir et de soulager un malaise intérieur, et qui se caractérise par l’échec répété de son contrôle et sa persistance en dépit des conséquences négatives.

Le Concept bio-psycho-social

L’origine d’une addiction est multi factoriel. Il existe des déterminants tenant à la substance (S), à l’individu (I), et au contexte (C).

Il est essentiel de prendre conscience de l’ensemble des déterminants. L’addiction peut se définir comme une stratégie d’adaptation d’un individu donné dans un contexte donné.

Pour aller plus loin :

Parc aux Rats

Prendre rendez-vous